La démarche Amikinos

Nous partons du principe qu’afin que les chiens et les chats soient en meilleure santé possible, il faut que leur alimentation soit biologiquement appropriée à leur physiologie de carnivore.

« On ne trouve pas logique de nourrir des herbivores avec de la viande, alors pourquoi nourrir des chiens et des chats carnivores avec très peu de viande et beaucoup de végétaux…À humidité équivalente à celle d’une croquette, une proie de carnivore contient plus de 50 % de protéines animales. Pourtant, la majorité des croquettes disponibles pour les chiens et les chats ont des taux de protéines bien inférieurs à cela. »  Pierre Maupilier, co-gérant d’Amikinos.

Afin de répondre de façon appropriée aux besoins alimentaires des chiens et des chats, nous pensons qu’il est logiquement nécessaire d’avoir une alimentation riche en protéines animales (et non végétales) et très faibles en glucides.

Selon nous, pour qu’une croquette soit biologiquement approprié aux besoins des chiens , on doit retrouver après la mention « constituants analytiques » :

  • Minimum 45 % de protéines brutes.
  • Maximum 18 % de glucides.

Et pour les chats :

  • Minimum 50 % de protéines brutes.
  • Maximum 10 % de glucides.

Le taux de glucides n’étant quasiment jamais indiqué par les marques, vous pouvez le calculer de la façon suivante :

 

Taux de glucides (ENA) = 100 – Humidité – Graisses brutes – Protéines brutes – Cellulose ou Fibres brutes – Cendres brutes

 

Si le taux d’humidité n’est pas spécifié, on peut partir du principe que celui-ci est d’environ 8 %.

Prenons l’exemple de la croquette suivante :

Le taux d’humidité n’étant pas renseigné, on part du principe qu’il est d’environ 8 %. Cette croquette contient donc environ : 100 – 8 – 15 – 32 – 2,5 – 8 = 34,5 % de glucides.

 

Que sont et d’où viennent les glucides ?

Les glucides assimilables (Extractif Non Azoté ou « ENA ») peuvent être qualifiés de « sucres » au sens large car ils représentent, de façon simplifiée, l’addition des sucres simples et des sucres complexes (amidon) :

 

Glucides assimilables = Sucres simples + sucres complexes (amidon)

 

Les glucides proviennent des végétaux. Voici quelques exemples de sources de glucides que l’on peut retrouver dans les aliments pour chien et chat :

  • Céréales (blé, maïs, avoine, millet, riz…etc.)
  • Légumes (choux, haricots, courgettes, carottes…etc.)
  • Légumineuses (lentilles, petits pois, pois chiches, soja…etc.)
  • Pomme de terre
  • Patate douce
  • Tapioca
  • Fruits (pommes, poires…etc.)
  • Sucre

Les conséquences d’une alimentation trop riches en glucides assimilables (non biologiquement appropriée) :

De façon simplifiée, quand un chien ou un chat mange des glucides, ces derniers vont se retrouver sous la forme de glucose dans le sang. Or trop de glucides auront pour effet d’apporter trop de glucose dans le sang : C’est ce qu’on appelle une hyperglycémie. Or les hyperglycémies abîment, non seulement le système cardiovasculaire, mais aussi les organes. Pour faire baisser la glycémie trop élever, une hormone est alors produite par le pancréas et qui s’appelle l’insuline :

Une croquette avec un fort taux de glucides à index glycémique élevé va provoquer une augmentation du taux de glucose sanguin (glycémie) et par conséquent une grosse production d’insuline.

L’insuline va alors temporairement induire un métabolisme de secours permettant de faire baisser au plus vite la glycémie. Le problème, c’est qu’en nourrissant un chien ou un chat avec une alimentation trop chargée en glucides, ce métabolisme de secours n’est plus temporaire et doit être mis en place en permanence :

Une croquette avec un fort taux de glucides à index glycémique élevé va provoquer une grosse production d’insuline. Quand cette production d’insuline dépasse un certain seuil, l’insuline provoque des changements métaboliques. Souvent, l’insuline n’est même pas redescendue en dessous du seuil provoquant les changements métaboliques que les chats ou les chiens mangent un autre repas qui va de nouveau faire remonter le taux d’insuline. Les changements métaboliques provoqué par l’insuline deviennent donc permanant.

Or ce métabolisme de secours mis en place par l’insuline ne devrait surtout pas être permanent. Voilà pourquoi il est, selon nous, important d’avoir une alimentation riche en protéines animales et très faibles en glucides qui sera biologiquement appropriée aux chiens et chats en tant que carnivores. Une alimentation riche en protéines animales et très faibles en glucides adaptée aux carnivores n’aura pas cet effet sur la glycémie et l’insuline.

 

Si vous désirez plus d’informations sur le sujet, vous pouvez lire notre article suivant : Les glucides dans les croquettes pour chiens et chats