consom_educ

Les aliments

Informez-vous

Les industriels ont l’art et la manière de présenter les choses tout à leur avantage. En réalité ils visent souvent à tromper le consommateur. Voici quelques définitions d’ingrédients listés dans de nombreuses formulations. Ces définitions vous permettront de savoir ce qui se cache derrière certaines appellations parfois bien trompeuses.

Les viandes fraîches :

« poulet frais », « dinde fraîche », etc. : « viande fraîche » veut dire en langage industriel « viande non déshydratée », « non séchée ». La viande contient 75 % d’eau, 5 % de gras et de glucides, et un peu moins de 20 % de protéines. Pour obtenir la quantité réelle de protéines qu’il y a réellement dans l’aliment final, il faut de diviser la quantité de « viande fraîche » annoncée par 5. 80 % de viande fraîche = 16 % de protéines animales.

Les viandes désossées :

« poulet désossé », dinde désossée », etc. : cela consiste à mettre ce qui reste du poulet (la viande est partie) dans un désosseur. « La viande séparée mécaniquement est un produit de viande pâteuse produit en forçant les os, avec de la viande comestible attachée, sous haute pression à travers un tamis ou un dispositif similaire pour séparer l’os du tissu de viande comestible. » Évidemment tout y passe : tout ce qui se détache de l’os et donc pas seulement les restes de viandes.

Chlorure de potassium :

Auxiliaire technologique de synthèse utilisé comme support pour les additifs et exhausteurs de goût. « Bien que certaines sources considèrent cet additif comme inoffensif, d’autres plus nombreuses, estiment que les risques sont les suivants : troubles digestifs, ulcères des intestins, vomissements, diarrhées, faiblesses, chocs et hémorragies. Donc à EVITER. » Corine Gouget. Et j’ajouterai pour ma part que c’est le produit utilisé aux Usa pour euthanasier les condamnés à mort.

Protéines hydrolysées :

L’hydrolyse permet de produire des protéines à partir des déchets : têtes, arêtes et queues pour le poisson ; os, tendons et peaux pour les viandes. L’hydrolyse chimique (la plus fréquente) consiste à faire bouillir pendant plusieurs heures les os, les tendons et la peau soit avec de l’acide sulfurique à 25 %, soit avec de l’acide chlorhydrique ou de l’acide fluorhydrique.

Cretons ou farine de cretons :

« Ce sont les fractions protéiques récupérées lors de la fonte des gras de bovins, porcins ou volailles après extraction mécanique des graisses. Les cretons sont ensuite broyés et tamisés ». Les cretons de bœuf sont interdits à la consommation humaine à cause du risque de transmission de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Sous-produits animaux :

Ce sont très exactement les têtes, les pattes, les cous, les tripes, les œsophages, le sang, les peaux, les sabots, les plumes, la laine, les cornes, les poils, les fourrures, les soies de porc, les cretons, les coquilles d’œufs, les déchets de cuisine et de table…