Selon de nombreuses personnes un aliment contenant un taux de cendres (cendres = minéraux) élevé serait mauvais pour nos chiens et pire encore pour nos chats. En mettre trop peu aurait les mêmes conséquences mais le débat repose souvent sur les taux de cendres hauts et curieusement jamais sur les taux de cendres bas.

Une souris à un taux de cendres moyen de 10,97% à 7% d'humidité

Pourtant si je m’en réfère par exemple à ce que mange naturellement un chat, il absorbe dans la nature des quantités très importantes de minéraux sans que cela ne lui pose aucun problème :

  • Une souris adulte (pour une humidité équivalente à 7 %), a un taux de cendres de moyen de 10,97 %.
  • Un rat-surmulot juvénile jusqu’à 13,76 %
  • Un lapereau plus encore

Une souris à 7% d'humidité contient 2,46% de calcium et 1,78% de phosphore.

Il en va de même pour le phosphore et le calcium ; nos croquettes Amikinos Référence chat contiennent 1,96 % de calcium et 1,24% de phosphore. Toujours avec une équivalence à 7% d’humidité, une souris contient 2,46 % de calcium, et 1,78 % de phosphore. Pour plus d’informations sur le rapport phosphocalcique, vous pouvez lire l’article suivant : « Le rapport phosphocalcique de l’alimentation pour chat et chien »

La question du trop ne se pose donc pas ou alors la nature est très mal faite et on se demande bien comment nos chats ont fait pour survivre jusqu’à présent.

Pour établir une comparaison objective, nous avons donné l’équivalent des pourcentages de minéraux, calcium, et phosphore avec 7 % d’humidité, comme dans notre croquette Référence Chat.

On pourrait arguer que la souris ayant un taux de cendres de 3,86 % pour une humidité à 67,3 %, alors le chat en absorberait moins. C’est évidemment faux puisque au final c’est bien la quantité ingérée qui compte. Parce qu’un chat mange beaucoup plus de proies contenant environ 70 % d’humidité que de croquettes à 7 % d’humidité (rappelons qu’avec nos croquettes, les chats compensent en buvant, cf. l’article « La nourriture humide est-elle indispensable au chat ? » et « Prise d’eau avec Amikinos Référence chat » ).

Ainsi donc, si un chat mange 100 gr de souris correspondant à 141,5 Calories (avec la méthode NRC85), ce même chat ne mange plus que 34,57 gr de croquettes Amikinos Référence Chat pour avoir aussi 141,5 Calories (NRC85), ce qui nous donne les quantités de minéraux ingérés suivants :

Un chat mangeant 100 gr de souris va manger uniquement 34,57 gr d’Amikinos Référence chat pour avoir exactement le même nombre de calories ingérées. 100 gr de souris donnent 18 gr de protéines, 3,86 gr de minéraux donc 0,86 gr de calcium et 0,62 gr de phosphore. 34,57 gr d’Amikinos Référence chat donnent 18 gr de protéines, 3,28 gr de minéraux donc 0,68 gr de calcium et 0,43 gr de phosphore.

L’assimilation des minéraux : l’origine du problème.

Le taux de cendres des souris ne pose pas de problèmes puisque ces minéraux sont assimilables. Par contre, des minéraux non assimilés, sont des minéraux qui augmentent la saturation des urines en minéraux. Ils doivent forcement être évacués ou malheureusement parfois « stockés » sous forme de calculs. Or les minéraux non assimilés sont principalement évacués de l’organisme par les voies urinaires. Ils pourront donc, dans le cas du chat par exemple, s’agglomérer dans le système urinaire pour y former des calculs de struvites par exemple.

Mauvaise assimilation des minéraux = Minéraux en libre circulation = Beaucoup de minéraux à évacuer = Problèmes urinaires

Les conditions d’assimilation des minéraux pour les chiens et les chats.

Il y a deux facteurs primordiaux à l’assimilation des minéraux :

  1. Le type de minéraux utilisés
  2. Les protéines : les minéraux ont absolument besoin des protéines animales pour être véhiculés dans l’organisme afin d’y être assimilés.

Mauvais minéraux + quantité / qualité insuffisantes de protéines = Mauvaise assimilation des minéraux

Une assimilation différente en fonction des types de minéraux.

On n’en parle jamais et pourtant. Ce que vous devez savoir et qui est le plus important c’est qu’il y a 2 types de minéraux utilisés dans les aliments :

  • Les minéraux inorganiques (les plus utilisés et de très loin).
  • Les minéraux organiques/chélatés.

Minéraux organiques veut dire d’origine organique, c’est à dire en provenance d’un organisme vivant contrairement aux minéraux inorganiques qui viennent du sol ou de l’eau. Ce qui vient d’un organisme vivant (les plantes ou les animaux) est assimilable par un autre organisme. Ce qui vient du sol ou de l’eau l’est beaucoup moins.

  • Les minéraux organiques proviennent donc des plantes ou des animaux : l’os, la coquille de crustacés, les légumes, les légumineuses, les fruits, les algues, les germes de céréales, le poisson, la viande, etc. sont des sources de minéraux organiques.
  • On trouve les minéraux inorganiques (non organiques) dans le sol ou l’eau : le carbonate de calcium, la poudre de pierre calcaire, la chaux alimentaire sont des minéraux inorganiques. Ils sont souvent présents dans les aliments pour chiens et chats sous formes de sulfates. Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article sur « Les minéraux sulfates »

Minéraux inorganiques sulfates à éviter. Minéraux organiques chélatés à favoriser.

Les minéraux inorganiques sont très utilisés dans les aliments pour chiens et chats parce qu’ils sont très bon marché. Mais ils sont peu assimilés alors que les minéraux organiques (beaucoup plus onéreux, donc très peu utilisés) sont très bien assimilés, comme lorsqu’un chat mange intégralement le squelette d’une souris.

Ce qui compte en matière de minéraux c’est donc bien leur origine parce qu’elle conditionne leur assimilation. C’est d’autant plus important qu’une mauvaise assimilation des minéraux n’est pas sans conséquences.

Carences minérales = Problèmes : Dentaires, osseux, sanguins, musculaires, énergétiques, de peau, de poils, nerveux.

En biologie le chien et le chat font partie des hétérotrophes incapables d’assimiler directement les minéraux inorganiques sauf par l’intermédiaire d’autotrophes (plantes, micro-organismes) qui les ont préalablement rendus actifs (Dr Bressy).

Concrètement :

  • Les chiens et les chats sont capables d’assimiler des minéraux organiques.
  • Les chiens et les chats sont capables d’assimiler aussi des minéraux inorganiques à la stricte condition qu’ils aient été rendus actifs par l’intermédiaire d’autotrophes.
  • Les chiens et les chats n’assimilent pas ou très peu les minéraux inorganiques qui n’ont pas été préalablement rendus actifs par des autotrophes.

Or de très nombreux aliments pour chiens et chats sont faits avec des minéraux inorganiques inactifs.

Ainsi donc conseiller des dosages ou des ratios de minéraux sans préalablement aborder la question de l’origine des minéraux n’a aucun sens. Parce que cela peut conduire à choisir un aliment qui contient la dose et le ratio conseillés certes, mais qui est composé de minéraux quasiment inassimilables, parce qu’inorganiques inactifs.

De plus la régulation du métabolisme du calcium se fait par la vitamine D, qui doit être présente dans l’alimentation puisque le chien, par exemple, est incapable de la synthétiser dans sa peau sous l’effet des rayons du soleil. Mais la capacité de l’organisme (chien et chat) à gérer correctement la vitamine D, est directement dépendante du bon fonctionnement du foie, qui, la plupart du temps est bien attaqué, Cf. « Le foie, organe oublié ». Se focaliser sur un pourcentage de calcium, puis de la vitamine D alors que le foie de l’animal dysfonctionne n’a guère de sens.

En revanche

Si les minéraux qui composent la formulation sont des minéraux organiques/chélatés et s’ils sont accompagnés de protéines en quantité et de qualité, alors ils seront parfaitement assimilés. Comme manger une souris qui contient 11 % de minéraux ne pose aucun problème à mon chat. Ils contribueront alors à la constitution d’un squelette solide, une dentition performante, …

Et c’est la même chose pour nos chiens.

Conclusion sur le taux de cendres :

On ne peut certainement pas aborder la question du taux de cendres sous l’angle des pourcentages sans savoir d’abord de quels minéraux il s’agit. Et le faire sans non plus examiner en même temps l’origine, la qualité, le traitement et la quantité des protéines animales de l’aliment concerné, a encore moins de sens.

D’ailleurs sur la question des calculs, les minéraux ne sont pas non plus la seule cause potentielle. L’étude de J. GLUSZK (The Effect of Glucose Intake on Urine Saturation with Calcium Oxalate, Calcium Phosphate, Uric Acid an Sodium Urate) a en effet montré que la consommation de glucides peut augmenter le degré de saturation des urines en Oxalates de calcium, magnésium et phosphate, favorisant du même coup, la formation de calculs. Trop de glucides ne sont jamais anodins.

Minéraux sulfates + quantité / qualité insuffisantes de protéines = Mauvaise assimilation des minéraux = Problèmes urinaires + carences minérales

Les aliments pour chiens et chats doivent donc contenir des minéraux organiques chélatés en quantité normale et ils doivent être associés à des protéines animales de qualité et en quantité pour garantir une assimilation optimale des minéraux.

Avoir donc des minéraux organiques chélatés, associés à des protéines animales de qualité et en quantité nécessaire, sont deux conditions primordiales et nécessaires à la bonne assimilation des minéraux. Cependant il y a d’autres facteurs liés à l’état de l’organisme qui jouent aussi sur cette même assimilation, mais ils sont indépendants de l’alimentation. Par conséquent même si ces deux conditions alimentaires sont réunies, cela ne garantit pas forcément une bonne assimilation des minéraux.

Souvent et paradoxalement les propriétaires qui veulent nourrir leur animal d’une manière qui soit la plus proche de la nature, réclament des taux de cendres plus bas, alors que c’est exactement l’inverse de ce qui se passe dans la nature quand un carnivore mange une proie. Il faut impérativement mettre les taux de cendres les plus approchants de ce que mangent nos chiens et nos chats naturellement. Et ces taux de cendres-là sont les taux nécessaires à leur santé et longévité.

Joseph Maupilier

Fondateur d’Amikinos

Copyright Septembre 2016

Partager sur Facebook